enfants, indigos, cristal, arc-en-ciel

Les enfants de ces dernières générations

Depuis que je suis dans le spirituel, on me parle d’enfants indigo depuis quelques années d’enfants cristal, arc-en-ciel… J’avoue avoir essayé de trouver à quel type d’enfants je correspondais puisque je ne me sentais pas comme les autres depuis mon enfance, cependant depuis quelques années ma démarche est différente. Je n’ai pas envie d’être classée dans une catégorie en question et je n’ai pas non plus envie de mettre un enfant dans une quelconque catégorie.

 

enfants, indigos, cristal, arc-en-ciel

 

Tous ces classifications correspondent à une vibration et là où je dis attention, c’est qu’une vibration change car nous changeons, nous évoluons tout comme la nature. Pourquoi se limiter à la vibration indigo, cristal, arc-en-ciel ou autres ? Je comprends que nous avons besoin un temps donné de nous retrouver dans une de ces classifications pour trouver des gens comme nous, pour se sentir à nouveau partie d’un tout. C’est très bien, c’est un besoin qui doit être comblé mais cela ne soit pas nous limiter et surtout nous ne devons pas limiter nos enfants à cela. A l’heure où nous parlons de ne plus se limiter, on veut renvoyer chacun dans une case limitée, est-ce raisonnable ? N’est-ce pas contradictoire ?

Je connais certaines personnes dont on a dit qu’ils étaient indigos, alors oui à une époque ils correspondaient parfaitement à cette vibration mais depuis ils ont évolué et même si une partie d’eux-mêmes ne supporte toujours pas l’injustice, ils ont grandi et appris à faire une différence avec plus de sérénité car encore une fois ils ont grandi. Et quand je lis que les enfants indigo ont une plus grande connexion aux animaux, qu’ils ont besoin de solitude, qu’ils sentent avoir une mission… en toute sincérité je suis désolé mais ce n’est pas l’apanage des enfants indigo. Je connais des enfants qui ont été casé et classé cristal ou arc-en-ciel qui ont des traits de caractère et des envies similaires aux indigos. A la base indigo vient de l’observation de l’aura qui aurait une couleur indigo chez de nombreux enfants spéciaux, tout comme pour les autres enfants. A tout cela rien de surprenant puisque les vibrations terrestres changent, les couleurs de nos auras sont forcément plus marquées qu’il y a cent ans.

Tout comme chaque être humain, la nature et l’Homme évolue, nos auras aussi. Selon nos périodes de vie notre plus belle aura sera différente car notre compréhension du monde aura évoluée. Alors comment en tant qu’être évolué pouvons-nous étiqueter nos enfants ou d’autres adultes ?

N’est-il pas l’heure d’enlever ces codes et ces croyances pour expliquer à chacun qu’il est normal de se sentir différent et que la personne face à vous n’est pas la seule à avoir ce sentiment ou à expérimenter des intuitions, des visions fortes… N’est-il pas l’heure de se connecter cœur à cœur au-delà des étiquettes ? N’est-il pas l’heure de faire les choses différemment ? N’est-il pas l’heure de faire les choses différemment de nos ancêtres ?

Nos ancêtres ont inventés les religions, les dogmes, et aujourd’hui nous voyons où cela a mené l’humanité. Devons-nous reproduire cela et nous enorgueillir de titres ou étiquettes que nous avons fabriquées ?

Les enfants d’aujourd’hui ont besoin de se connecter à leur incarnation sur Terre, leur dire qu’ils sont des êtres géniaux et les mettre sur un piédestal, est-ce vraiment les aider ? Ne devrions-nous pas les aider à s’incarner, à accepter leur incarnation plutôt que les envoyer la tête dans les nuages ? Ne sommes-nous pas capable de trouver le juste milieu entre leur dire que tout cela n’existe pas et les envoyer encore plus loin de la réalité de la vie ?

Beaucoup d’interrogations sont nés d’une incompréhension à cet étiquetage, je n’ai pas une solution miracle mais je suis convaincu que si nous prenons conscience de la dualité de celui-ci par rapport à ce que nous désirons, nous pourrons mettre en œuvre des solutions différentes mais pour cela nous devons dialoguer, en parler, mieux comprendre… Quelles solutions pourrions-nous mettre en place pour qu’enfants et adultes se sentent faire partie du tout sans avoir besoin de mettre un mot dessus, sans avoir besoin de les limiter ? Voilà ma demande aujourd’hui et vous qu’en pensez-vous ?

 

Nadia Marty

Vous pouvez diffuser ce texte à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d’orthographe), de citer l’auteur : Nadia Marty, ainsi que la source : https://www.stephanie-et-nadia.com et ces lignes. Merci.

 

Abonnez-vous

 

Articles en lien :

Pourquoi est-ce si difficile de se détacher de l’inconscient collectif ?

La spiritualité

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.