Dans l’avion de Johannesburg

Dans l’avion de Johannesburg

Une histoire vraie qui tourne depuis longtemps sur le net que nous avions déjà partagée, il y a quelques années mais qui restent toujours d’actualité. Nous souhaitons que ce genre d’histoire puisse faire comprendre à chacun que des êtres dit répugnants ne le sont que depuis un point de vue et qu’il serait temps pour chacun d’abandonner de vieilles croyances obsolètes. Afin de faire place à plus d’humanité et surtout faire place à des principes qui sont censé être ceux du pays dans lequel nous vivons « liberté, égalité, fraternité ». En tant qu’être humain, nous avons tous été un moment ou un autre rejeté alors essayons de mettre un peu plus d’humanité dans notre quotidien et surtout un peu plus d’amour. Belle lecture à vous.

 

Dans l’avion de Johannesburg

 

 

La scène qui suit a eu lieu dans un vol de la compagnie British Airways entre Johannesburg et Londres.

 

Une femme blanche, d’environ cinquante ans, s’assied à côté d’un noir. Visiblement perturbée, elle appelle l’hôtesse de l’air.

– Quel est votre problème, Madame ? Demande l’hôtesse.
– Mais vous ne le voyez pas donc pas? Répond la dame. Vous m’avez placée à côté d’un noir. Je ne supporte pas de rester à côté d’un de ces êtres répugnants.
– Donnez-moi un autre siège. S’il vous plait !
– Calmez-vous, dit l’hôtesse. Presque toutes les places de ce vol sont prises. Je vais voir s’il y a une place disponible.

 

L’hôtesse s’éloigne et revient quelques minutes plus tard:
– Madame, comme je le pensais, il n’y a plus aucune place libre dans la classe économique. J’ai parlé au commandant et il m’a confirmé qu’il n’y a plus de place dans la classe exécutive. Toutefois, nous avons encore une place en première classe.

 

Avant que la dame puisse faire le moindre commentaire, l’hôtesse de l’air continue :
– Il est tout à fait inhabituel dans notre compagnie de permettre à une personne de classe économique de s’asseoir en première classe. Mais, vu les circonstances, le commandant trouve qu’il serait scandaleux d’obliger quelqu’un à s’asseoir à côté d’une personne aussi désagréable.

 

Et s’adressant au noir, l’hôtesse lui dit :
– Donc, monsieur, si vous le souhaitez, prenez votre bagage à main car un siège en première classe vous attend.

Et tous les passagers autour, qui, choqués, assistaient à la scène, se levèrent et applaudirent…

Vous pouvez diffuser cet article à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d’orthographe), de citer la source : https://stephanie-et-nadia.com et ces lignes. Merci.

 

Articles en lien :

Chacun porte sa vision

Le prix du miracle

L’arbre qui voulait rester nu

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.