Histoires de sagesse

Une Histoire d’amour : parole et silence

0 254
parole silence

Il s’appelait Silence, elle s’appelait Parole, ils se rencontrèrent sur une île où elle vivait, sur laquelle elle était née et avait passé toute son enfance.

Au début ils n’échangèrent que des regards et de longs silences pleins, chargés de tous leurs élans, de toutes les vibrations de leurs désirs naissants. Ils s’offraient des sourires de miel et de tendresse sur lesquels le ciel et le soleil dansaient. Ils osaient des gestes légers et magiques accordés aux clairières et aux sources de leurs rencontres. Chacun déposait ses enthousiasmes, ses émois et la part secrète de ses rêves dans les mains de l’autre. Ils surent apprivoiser l’espace entre leurs corps, laisser chanter doucement la musique de tous leurs sens. Puis  très vite, tout cela éclata, se transforma en baisers lumineux et en caresse colorées aux parfums de leurs abandons, pour se perdre et se fondre dans la fête des corps qui les emporta au plus loin, au plus profond d’eux-mêmes.

Ils s’aimaient, je veux dire par là que l’amour de l’un rejoignait et s’accordait à l’amour de l’autre.

 

parole silence

 

Parole, très vite, spontanément, mit des mots sur ses sentiments, sur ses  émotions et son ressenti. Elle se sentait d’une créativité inépuisable et généreuse pour dire, partager avec Silence ce qui circulait à l’intérieur d’elle, pour chuchoter, murmurer, raconter à celui qui portait son amour, tout ce qui se réveillait au plus intime d’elle, de son histoire, de son présent et de l’avenir qu’elle entrevoyait avec lui, si, lui-même, acceptait de la rejoindre dans la construction d’un devenir en commun.

Pour Silence ce fut plus délicat, plus difficile. Lui ne savait pas se dire, ou plutôt il gardait de ses expériences passées une prudence, je devrais dire une inhibition, qui bloquait ses tentatives de mettre des mots sur ce qui le  traversait, l’habitait, le secouait comme une tempête intérieure. Il craignait de paraître faible, moins viril s’il parlait de l’intime de lui et le plus souvent, il pensait même, il faut le dire, que ce n’était pas nécessaire, que c’était inutile et même carrément du temps perdu, que d’exprimer non ce qu’il pensait, mais ce qu’il pouvait ressentir, éprouver ou percevoir à l’intérieur. Il se sentait plus à l’aise dans le faire, il adorait proposer, organiser pour aller ici ou là. Et surtout il ne pouvait s’empêcher  de la      toucher, de la prendre contre lui, de lui faire sentir son désir, de lui offrir son corps. Ce que Parole aimait beaucoup et désirait sans fin.

Ne croyez pas que Silence était muet. Oh non ! Il parlait, il parlait même beaucoup, avec facilité et aisance, avec humour et proposait même une certaine qualité d’analyse et de sens critique. Mais il parlait surtout sur les autres, sur les phénomènes qui l’entouraient, sur les événements qui l’avaient marqué. Il ne parlait pas du tout de la façon dont il avait lui, vécu tout cela, dans sa chair, dans ses émotions, dans son ressenti intime.

Il adorait faire des commentaires sur la politique et le comportement des hommes politiques, il aimait s’emparer d’un sujet évoqué par lui ou un autre aussitôt il s’embarquait dans un discours autour duquel il pouvait briller et aussi s’égarer parfois dans un verbiage qui pouvait devenir stérile et perdre tout son sens. Il excellait à développer des idées, à cultiver un art de la disputation, à entretenir avec Parole ou ses amis, des débats sur le sport, les films qu’il avait vus, sur les livres qu’il avait lus, sur les voyages qu’il avait faits, sur les expériences qu’il avait traversées. Au fond ce qui distinguait Parole et Silence, c’est qu’Elle parlait d’elle, et lui parlait sur lui et sur les autres, sans réellement parler de lui-même.

Ils ignoraient encore que ce qui maintient le plus solidement ensemble deux êtres dans le respect mutuel, dans l’intimité d’une relation qui saurait résister au temps, n’était pas l’amour qui pouvait les lier et même les attacher l’un à l’autre, mais la qualité des échanges et du partage ( autour du savoir demander et donner, de l’oser recevoir et refuser), qu’il pouvait ou non se proposer en réciprocité…

Ils ne savaient pas encore l’un et l’autre qu’ils étaient au début d’un chemin qui risquait de les éloigner l’un de l’autre, plus sûrement que l’importe lequel des malentendus ou conflits qui aurait pu les opposer ou les blesser. Ils pouvaient sur ce chemin se quitter lentement, irrémédiablement, sans le savoir, sans même pressentir leur incapacité à créer, au-delà de leur amour, une relation vivante, créative, stimulante. Une relation qui justement aurait nourri leur amour du meilleur d’eux-mêmes, de leurs ressources les plus inattendues, s’ils pu mettre en commun et amplifier leur vécu, leur ressenti et le retentissement de tout ce qu’ils vivaient. Et tout cela, non seulement avec une offrande d’un côté et une réceptivité ouverte de l’autre, mais par une réciprocité, une mutualité, une circulation des ressentis personnels et intimes. Une relation où chacun aurait pu partager ses attentes, ses apports et surtout témoigner de ses zones d’intolérance, de fragilité, de colère ou de violence accrochées aux blessures de son enfance.

Il faut que je vous dise cependant que Parole avait été élevée dans la famille JOZDIR, une famille qui pratiquait depuis longtemps une approche qu’on appelait dans son île, la méthode E.S.P.E.R.E, qui proposait de ne pas parler sur l’autre mais à l’autre…de soi, qui invitait à renoncer aux injonctions, aux jugements de valeur, aux disqualifications et dévalorisation, aux menaces et aux chantages, aux culpabilisations, aux maintient des rapports dominants/dominés. Une famille et un entourage où l’on proposait très tôt aux enfants des règles d’hygiène relationnelle simples, accessible à chacun, transmissibles. Parole avait grandi dans un environnement qui l’avait invité à pratiquer l’apposition et non l’opposition, la confrontation et non l’affrontement, la non-collusion et la différenciation entre sentiment et relation. Elle avait développé des ressources qui favorisaient le positionnement clair de soi, l’autonomie et l’affirmation, la créativité et la liberté d’être…

Quant à Silence, lui, il avait été élevé dans la famille CEPADIR. Une famille comme il y en a des millions sur la planète Taire, qui pratiquait avec une spontanéité jamais prise en défaut, le système S.A.P.P.E. Une famille dans laquelle il était inconvenant de parler de soi, de se laisser aller à se dévoiler, dans laquelle on ne posait pas de questions, où l’on devait répondre aux demandes par le conformisme ou la soumission. Une famille et un entourage qui parlait sur vous, vous définissait, vous cataloguait et vous étiquetait avec des jugements de valeur péremptoires et définitifs, qui vous culpabilisait si vous n’entriez pas dans le désir des parents, qui n’hésitait pas à vous à menacer, à vous châtier ou même à vous rejeter si vous affirmiez des croyances différentes ou des velléités d’indépendance et d’affirmation différentes de celle qui dominaient dans votre entourage…

Dans ce type de famille, il faut le savoir, les enfants n’ont pas la possibilité de développer confiance et amour de soi, initiative et créativité. Peu de choix leur sont proposés pour se construire et se consolider face à l’imprévisible de la vie…sinon par des comportements trop stéréotypés et en conserve, je veux dire répétitifs…Soit ils s’affirment et se réalisent dans le faire, dans l’action, la conquête, l’appropriation, le combat, soit ils démissionnent, fuient, se soumettent, se mettent au service d’exploiteurs, se laissent manipuler, soit encore s’inhibent, s’enferment dans le silence, dans une activité-écran, tentent d’échapper à l’imprévisible en se faisant oublier, et pour certains, plus rares, ils vont se réaliser, en se marginalisant, soit par la création, soit par la transgression…

Je ne sais ce que va devenir la relation entre Parole et Silence, pas plus que je ne sais comment survivra ou s’agrandira leur amour. Ce que je sais, par contre, c’est tout le chemin que l’un et l’autre auront à parcourir pour se proposer, au-delà de la rencontre amoureuse, une relation vivante et épanouissante…s’ils veulent construire un avenir en commun.

Je sais aussi qu’ils auront à se confronter à la désidéalisation de leurs images, à la reconnaissance de leurs attentes et de leurs apports, à la prise en compte de leurs zones d’intolérance, à la découverte de leur vulnérabilité. Ils auront, s’ils veulent s’inscrire dans une relation de durée, à apprendre à mettre en commun autour de différences, de semblances, d’antagonisme et aussi de leurs parts d’ombres liées à leur passé…

Je leur souhaite de pouvoir inscrire ce chemin dans la voie du cœur et de la conscientisation.

 JACQUES SALOME, Mille et un chemin vers l’autre.

 

Vous pouvez diffuser cet article à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d’orthographe), de citer la source : http://stephanie-et-nadia.com et ces lignes. Merci.

Articles en lien :

Le conte des maux de tête

La Prière de la Sérénité

La petite fille qui avait un rêve de bonheur

 

 

About the author / 

Stephanie et Nadia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée, les champs obligatoires sont marquée d'un *

Confiance en soi