Histoires de sagesse

Chiots à vendre

0 117
chiots

Une histoire qui nous demande de nous interroger sur la réelle valeur que nous donnons aux choses.

 

chiots

 

Un gérant d’une boutique clouait une pancarte au-dessus de sa porte où l’on pouvait lire  » Chiots à vendre « .

 

Bientôt un petit garçon fut attiré par l’annonce, et demanda :

« A quel prix vendez-vous ces chiots ».

Le propriétaire du magasin répondit :

 » Autour de $30-$50 « .

Le petit garçon chercha dans sa poche et sortit de la monnaie…

 » J’ai $2.37, est-ce que je peux les regarder ? »

 

Le propriétaire du magasin sourit, et siffla. Sa chienne, nommée Lady, courut hors du chenil, vers l’allée de son magasin, suivie par cinq petits chiots. Mais un des chiots restait loin derrière… Immédiatement, le petit garçon choisit le chiot boiteux resté en arrière. Il demanda  » De quoi souffre ce petit chien » ? L’homme expliqua qu’à sa naissance, le vétérinaire lui avait annoncé que le chiot avait une malformation de la hanche qui le ferait boiter pour le restant de sa vie. Le petit garçon devint vraiment enthousiasmé et dit :

 » C’est le chiot que je veux acheter! « 

 

L’homme répondit :

 » Non, tu ne peux pas acheter ce petit chien, si tu le veux vraiment, je te le donne ! « 

Le petit garçon devint bouleversé. Il regarda l’homme droit dans les yeux et dit :

 » Je ne veux pas que vous me le donniez. Il vaut tout autant que les autres chiens, et je vous paierai le plein prix. En fait je vous donnerai $2.37 maintenant et 50 cents chaque mois jusqu’à ce que j’aie fini de le payer. « 

L’homme contrecarra.

 » Tu ne peux pas acheter ce chiot, vraiment ! Il ne sera jamais capable de courir, de sauter et de jouer. Aime d’autres chiots. « 

Alors, le petit garçon se pencha vers le bas, puis il enroula la manche de son pantalon, et montra une jambe malade, tordue, estropiée, supportée par une grande tige de métal. Il regarda l’homme et dit :

 » Je ne cours pas très bien et le petit chiot aura besoin de quelqu’un qui le comprenne ».

 

A ce moment, l’homme mordit sa lèvre inférieure. Des larmes lui piquaient les yeux… Il sourit et dit,  » Mon garçon, j’espère et prie pour que chacun de ces chiots ait un propriétaire tel que toi « .

 

Auteur inconnu

 

Vous pouvez diffuser cet article à condition d’en respecter l’intégralité, de ne rien modifier (sauf correction des fautes d’orthographe), de citer la source : http://stephanie-et-nadia.com et ces lignes. Merci.

 

Abonnez-vous

 

Articles en lien :

Le renard sans pattes

Apprécier ce que l’on a

Au bord d’un étang

About the author / 

Nadia Marty

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée, les champs obligatoires sont marquée d'un *

Programme confiance en soi

Commentaires récents