Ecouter au-delà de son regard

Il était une fois, au fin fond de la Sibérie, un village de chasseur, où le chef avait une femme très belle, très jeune, dont il était amoureux fou…

 

La saison de chasse ayant été très fructueuse, il chargea son traîneau de toutes les fourrures pour aller les vendre à la ville voisine. Les peaux étant d’une très belle qualité, il put les échanger à un bon prix, acheter tout ce qu’il fallait pour la survie de son village et le bien-être de chacun, car c’était un homme juste et bon. Après tous ces achats, il lui resta une peau de renard blanc et il vit, dans un coin du magasin, un miroir en métal poli. Dans son village où l’on vivait depuis des millénaires sous la tente, il n’y avait jamais eu de mémoire de chasseurs, aucun miroir. Aussi pensa-t-il faire plaisir à sa femme, qui était comme vous le savez « belle comme un rêve », en échangeant la peau de renard blanc contre le miroir poli.
Il revint au village, distribua les vivres et les objets ramenés de la ville équitablement entre tous les chasseurs, ne gardant pour lui que le miroir enveloppé dans sa chemise, qu’il déposa aux pieds de sa femme. Celle-ci se pencha sur le paquet, ouvrit la chemise, reconnut l’odeur de son mari, s’arrêta stupéfaite, éclata en sanglots, puis prit son manteau, ses raquettes de neige et s’enfuit sans un mot jusqu’au village de sa mère.
Cette dernière s’étonna de la visite de sa fille. Celle-ci entre deux sanglots murmura : « Mon mari ne m’aime plus. Il est parti à la ville comme chaque année, vendre ses fourrures. Comme chaque année depuis toujours, il a rapporté tout ce qu’il fallait pour le village. Il n’a oublié personne. Mais dans sa chemise, il a ramené une femme merveilleuse, très jolie, séduisante comme un matin de printemps. Elle avait même son odeur, je l’ai reconnue. C’est bien le signe qu’il ne m’aime plus. »

mirroir

 

Sa mère, qui était une femme d’expérience, car elle avait beaucoup vécu, lui dit : « Viens avec moi, je veux voir qui oserait être plus belle que ma fille. Plus belle que le rêve d’un roi ! Je veux voir. »
Arrivée au village des chasseurs, elle entra sous la tente du chef, reconnut la chemise de son gendre, l’ouvrit, se pencha, regarda et éclata de rire, en disant à sa fille : « Tu n’as rien à craindre ma chérie, elle est vieille et moche. »
Oui, on ne voit ses problèmes… qu’avec ses propres yeux !

Jacques Salomé

 

Articles en lien :

Le plus grand obstacle à notre évolution

L’acceptation de soi

Petite histoire de folie

Fuir les occasions de rencontrer le bonheur

1 Comment

  1. Merci pour ce partage . Je commence la méditation et c est un réel plaisir de pouvoir la faire sur des musiques bien précises.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.