J’ai cru que vous aimeriez savoir

Diane Weinman souffrait d’une peine insupportable, la mort de sa fille de 17 ans, Katie, dans un accident de voiture. Pendant son deuil, elle a reçu une lettre du chef de police qui s’était rendu sur les lieux de l’accident. La lettre a quelque peu adouci l’épreuve, pour elle et pour son mari.

M. et Mme Weinman,
Je déplore votre perte. Je vous écris cette lettre parce que j’ai moi-même trois adolescents, un fils et deux filles. Si l’un deux mourait, je voudrais qu’on me dise les choses que je vais vous dire.
Je suis arrivé sur les lieux de l’accident qui s’était produit sur une partie glacée de la route. Katie était sur le siège du conducteur. Elle avait reçu un rude coup sur la tête, ce qui l’avait rendue inconsciente. J’ai soulevé sa tête pour lui permettre de mieux respirer; ensuite, je l’ai tenue doucement et tendrement jusqu’à ce que l’équipe de soins d’urgence arrive.
Après quelques minutes, il était évident que Katie n’avait pas survécu, mais nous n’avons pas cessé de l’aider à respirer jusqu’à ce qu’un appareil de contrôle électronique soit branché sur elle pour s’assurer qu’elle était partie.
Je veux que vous sachiez que Katie n’avait pas connaissance, qu’elle n’a pas eu peur ni n’a souffert. Elle n’est jamais revenue à elle. Je voulais aussi vous dire qu’elle n’était pas seule. Elle est morte dans les bras d’un père qui aime ses adolescents et qui sait à quel point les enfants sont précieux.
Je regrette que cela soit arrivé à votre petite fille.
Vous pouvez me téléphoner si jamais vous voulez parler de cette journée.
Avec toutes mes prières,
Robert Gross
Chef de la police de Lane County

Évidemment, les Weinman ont voulu rencontrer Gross. Ils l’ont fait aux funérailles de Katie.
« Quelques semaines plus tard, il est venu nous visiter et il a répondu pendant deux heures à toutes les questions que je lui posais », a rapporté Diane Weinman.
« Il nous a beaucoup aidés, parce qu’il est un père et qu’il connaissait ma peine. Il a été franc et honnête, et il a une grande foi. Il a su faire une grande différence. Même dans ma douleur, il m’a dit ce que je voulais savoir. »

Karen Nordling McCowan

écrit par Robert Gross

 

j'ai cru que vous aimeriez savoir

Articles en liens :

Petite histoire de folie

L’amour c’était recevoir des coups

2 Comments

  1. Ce serait vraiment formidable, si les personnes de la police, pouvaient faire la meme chose, car, malheureusement, »ça n arrive pas qu aux autres, il faut savoir écouter, et partager………………..

    1. En effet Demore, l’écoute tout comme l’échange sont primordiale, merci à vous pour ce rappel.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.